• Accueil
  • > Mon Brevet de Pilote Privé

Catégorie

Archive pour la catégorie « Mon Brevet de Pilote Privé »

DERNIER CONTROLE AVANT DECOLLAGE

Lundi 24 novembre 2008.

Je surfe sur le site de la DGAC (Direction Général de l’Aviation Civil). Je recherche un médecin agrée par cette haute autorité proche de mon domicile car je dois passer quelques examens médicaux m’autorisant à voler.  

J’en trouve un sur la longue liste fournie par le site. Il se trouve à deux stations de métro de chez moi. Ça me va plutôt bien.

Je téléphone pour prendre RDV. Celui-ci est fixé au mardi 2 décembre 2008 à 17h30. La secrétaire me demande de la rappeler 1h00 avant le rendez-vous car ce médecin est souvent très en retard lors de ses consultations.

Je déteste les gens en retard…,  la ponctualité, c’ est la politesse des rois, avais-je envie de lui dire !

 

Mardi 2 décembre 2008.

Il est 16h30. Je rentre d’une longue rotation. Je suis crevé car en plus de m’occuper des passagers, je forme un nouveau PRC (Personnel Roulant Commercial).  Pour me réconforter, je pense à mon début de soirée, au bain chaud et au bon verre de vin que je vais déguster pour me délasser. Quand soudain, la réalité refait surface, je repense à cette visite médicale et à ce conseil que la secrétaire m’avait donné le jour où j’avais pris ce RDV : « Appeler moi avant de venir pour que je puisse vous informer du retard du médecin et décaller votre heure de passage ». Ce que je m’empresse de faire.

« 1h30 de retard » , m’annonce la voix au téléphone. « Le médecin vous recevra donc à 19h00″. Je suis dégoûté, mes projets de début de soirée tombent à l’eau, c’est le cas de le dire. Pas de bain chaud et encore moins d’apéritif dans celui-ci. Je suis énervé, agacé pire excédé. Je vais exploser !  emoticone Qu’est-ce qui m’a pris de prendre RDV chez ce praticien, alors qu’il y en avait un autre proche de la maison ! C’est comme les files d’attentes aux caisses des supermarchés, je tombe toujours sur les plus lentes…

Bref, je réunis le peu de force qu’il me reste pour me transporter jusqu’au cabinet de ce thérapeute, quand la secrétaire m’annonce à mon arrivée: « Le Docteur a encore pris 1h00 de retard, vous ne passerez pas avant 20h ! » et m’indique gentiment le chemin de la salle d’attente. Quand j’y parviens, je reste stupéfait, sidéré, médusé, interloqué, bouche bée. Je n’en crois pas mes yeux ! On se croirait à la station de métro « Châtelet-les-Halles » en pleine heure de pointe. Il ne manque plus que les pousseurs pour tous nous faire tenir dans cette pièce avant que les portes se referment. Je m’accapare le dernier siège car ouf, il en reste un. Les prochains patients s’assiéront dans les escaliers. Ces endroits sont des lieux de vie théâtrales. En effet, on rencontre toutes sortes de personnages. L’un racontant sa vie, l’autre ses problèmes de santé, certains nous donnent les derniers nouvelles du quartier… Un vrai microcosme de notre société. Les conciliabules qui s’y tiennent m’amuse énormément !

Je regarde ma montre, il est 20h10, le médecin m’appelle enfin. Je rentre dans son cabinet. Il me demande la raison de ma venue. Je la lui explique. Il me pose quelques questions sur ma santé, celle de ma famille, contrôle ma vision puis m’allonge sur une table et commence toute une batterie de tests. J’ai une foultitude d’éléctrodes collés sur mon p’tit corps de rêve emoticone! Je ressemble à « l’homme qui valait 3 milliards » ses supers pouvoirs en moins.

« Tout est parfait ! » me dit-il.

Verdict du spécialiste : APTE AU VOL

Après 2h40 de retard et 50 euro de consultation, non remboursé, il me remet enfin ce bout de papier qui m’autorise à voler seul.

 doctor1.jpg

C’était mon dernier contrôle avant le décollage !

Je sorts de chez le toubib, mon portable sonne, c’est Philip. Il me demande si je veux passer boire un verre. « Le squatteur, Laurent, est déjà là, me dit-il ! », ma soirée n’est peut-être pas complètement tombé à l’eau pensais-je alors. emoticone

Sam.

 



UNE NOUVELLE… « TRANS-CEN-DANTE » !

La bonne nouvelle est arrivé ce jeudi 20 novembre 2008 par lettre recommandée.

Enfin, « Bonne nouvelle » n’est peut-être pas le terme exacte que je devrais employer.

En effet, les adjectifs les plus probants, les plus convaincants, les plus éloquents, ceux qui conviendraient sans doute le mieux à cette  »bonne nouvelle » seraient pêle mêle : énorme, époustouflant, étourdissant, exceptionnel, fabuleux, fantastique, hallucinant, incroyable, indescriptible, inimaginable, inouïe, miraculeux, phénoménale, renversant, sensationnel, spectaculaire, stupéfiant, terrible…, transcendant !

Mais vous connaissez le problème de la lettre recommandée : le facteur ne vous la remet jamais en main propre, il ne vient jamais jusqu’à votre domicile.

C’est bien connu, les lettres recommandées sont toujours destinées aux personnes habitant le 500ème étages d’une tour sans ascenseur qui comporte 4 digicodes par palier, ce qui rend l’endroit encore plus sûr que le coffre fort de l’oncle Picsou, donc inaccessible et dans ce cas là, l’employé des Postes ne peut pas monter.

La seule fois où cette personne arrive à grimper jusqu’à votre domicile, c’est le jour où il vous présente ses « bons voeux » pour la nouvelle année muni de son calendrier.  Ce jour là tout lui paraît possible,  tout lui paraît réalisable… même de trouver le code secret de votre digicode qu’en temps normal il n’a pas…

Bref, j’ai du attendre patiement jusqu’au lendemain après-midi pour récupérer cette missive tant convoité.

Je me suis donc présenté le lendemain, soit le vendredi 21 novembre 2008 à 17h00 précise, comme indiqué sur le récépissé, au bureau de Poste de mon quartier. Je ne tenais plus, j’étais impatient, pire, j’étais électrique. Car même, si je connaissais déjà le contenu de cette lettre,  l’annonce m’en fût faite officieusement par une collègue de travail, je voulais qu’elle devienne officielle, je voulais la faire vivre, je voulais la partager avec vous tous. 

Je rentrais donc dans le bureau de Poste, quand stupéfait, je découvris que devant moi une foultitude de gens possédait pour la plupart un avis de passage du facteur leur demandant de récupérer leur lettre recommandée ce jour, tout comme moi. J’étais surpris de voir que je n’étais pas le seul à habiter au 500ème étages d’une tour sans ascenseur… En plus, avec une telle file d’attente, je n’étais pas prêt d’obtenir ce satané billet.

Enfin, après une tentative de passage avortée au guichet « Pro » et 20 longues minutes de queue, je récupérai enfin mon courrier. A côté de ce que je venais de vivre, pensais-je, les épreuves de l’émission d’ M6, « Pékin-Express », devaient-être un jeu d’enfant !!!

J’ouvris fébrilement, le pli  tant attendu. 

Celui-ci disait :

Paris, 18 novembre 2008

Monsieur,

Nous accusons réception de votre demande de formation au titre du D.I.F. et avons le plaisir de vous faire part de notre accord sur la prise en charge de votre stage pour le Brevet de Pilote…

A ce moment là, je n’étais plus sur terre, je volais déjà… de bonheur !

Sam.

 



NEW-YORK (USA) VU DU CIEL !

Comme vous le savez tous, New-york est la ville que je préfère au monde.

J’ai toujours voulu la découvrir d’en haut. Malheureusement, si j’attends d’obtenir mon Brevet de Pilote Privé, je ne suis pas prêt de la survoler.  J’ai d’ailleurs fait une demande au fond DIF pour qu’il me subventionne une partie de ce projet et vous savez quoi, ils me l’ont refusé ! Mais ça, c’est un autre sujet. Bref ! Alors n’ayant pas ce fameux sésame qu’est ce brevet et de ne pas pouvoir par conséquence louer mon propre avion, nous avons décidé avec Philip lors de notre séjour dans cette mégapole, en avril 2008, de nous faire plaisir et de survoler Big Apple en hélicoptère. Durée de la visite : 20mn.

Alors décollage !

 newyorkavril2008philip399.jpg

« Ladies and Gentleman, good morning. Capitain speaking ! »

newyorkavril2008philip441.jpg

« Fasten your seat belts, we landing ! »

newyorkavril2008philip437.jpg

Nous décollons donc de Pier 17 et vous pouvez apercevoir en second plan le fameux Brooklyn Bridge.

newyorkavril2008philip398.jpg

Nous allons suivre l’East River et passer au dessus du Manathan Bridge.

newyorkavril2008223.jpg

Trop belle cette photo avec le Manathan Bridge !

newyorkavril2008225.jpg

Le Williamsburg Bridge. C’est le troisième pont qui relie Brooklyn à Manathan en partant de Downtown.

 newyorkavril2008220.jpg

Ground Zéro, vu de l’East River. Vous pouvez apercevoir également, en tout petit, la Statue de la Liberté tout au fond à droite.

newyorkavril2008philip483.jpg

Une très jolie vue de Downtown.

newyorkavril2008philip403.jpg

Nous passons devant l’Empire State Building. La plus haute tour de la ville depuis l’effondrement du World Trade Center.

newyorkavril2008philip494.jpg

Middle Town. Vous reconnaîtrez le bâtiment de l’ONU le long de l’East River et la Chrysler Building avec son très magnifique dôme.

newyorkavril2008philip503.jpg

Middle Town.

newyorkavril2008philip514.jpg

Vue plongeante sur Middle Town.

newyorkavril2008philip405.jpg

Quelque part entre Middle Town et Central Park.

newyorkavril2008philip407.jpg

Central Park et le réservoir « Jacky Kennedy ». Pour info, ce Parc qui est le poumon de New York, est aussi grand que Monaco.

newyorkavril2008philip416.jpg

Stade de football américain sur l’Hudson River.

newyorkavril2008philip417.jpg

Nous survolons maintenant Ground Zero,

newyorkavril2008philip420.jpg

Pour arriver ensuite au dessus du hupper New York Bay avec pour magnifique vue, la Statue de la Liberté  !

newyorkavril2008186.jpg

newyorkavril2008philip423.jpg

newyorkavril2008philip427.jpg

Le Verrazano Narrows Bridge est la porte d’entrée depuis l’Océan Atlantique sur la baie de New-York. Ce pont relie Brooklyn à Staten Island.

 newyorkavril2008190.jpg

Nous prenons maintenant le cap de Downtown,

newyorkavril2008188.jpg

Puis nous virons légèrement sur la droite, en direction de l’East River,

newyorkavril2008philip436.jpg

Avec en fond le Pier 17 d’où nous avons décollé tout à l’heure, le Brooklyn et le Manathan Bridge.

newyorkavril2008philip439.jpg

« Ladies and Gentlemen, it’s your capitain. Please, fasten your seat belts during the take off operation. The flight over New York stops at this point. »

Sérieusement, j’en aurai bien fait 20mn de plus, pas vous ?

Sam.

 

 

 



MON PREMIER VOL !

C’était un cadeau de Philip.

Connaissant ma passion pour l’aérien, il m’offrit ma première leçon de pilotage. Sympa non !

Depuis le plus loin que je m’en souvienne, je veux voler. Quand j’étais enfant, je traînais mes parents le dimanche après-midi à Orly-Sud. On faisait a peu prés 100 km A/R en voiture, merci à mes frangins et parents pour ce sacrifice d’après midi de perdu, pour observer le balai  incessant des décollages et des atterrissages d’avions. Nous apercevions également les équipages se préparant à partir ou revenant d’un vol. Ce spéctacle, me faisait rêver. Je m’imaginais au manche d’une de ces machines et je partais pour des horizons inconnus.

Bref, laissons mes rêves d’enfants là où ils sont et revenons plutôt au mois de septembre de l’année 2006 où le rêve, mon rêve, devient réalité.

Nous (quand je dis nous, c’est Philip et Philippe car ils m’accompagnaient pour cette première leçon) arrivons à l’aéroport de Toussu-le-Noble et nous dirigeons vers le bâtiment 313 de la Compagnie « Air et Compagnie » http://www.airetcompagnie.com/

Nous sommes reçus par « Ben », mon instructeur pour ce vol. Vraiment très sympa, il me met à l’aise et commençons notre breefing, le premier. A cet instant, on pense que plus rien ne peut vous arriver, on se sent indestructible, immortel. C’est vraiment une sensation étrange mais plaisante. On est drogué, ennivré.

photo009.jpg 

« Ben », me présente l’engin sur lequel je vais voler, un cessna 172. Nous faisons un tour d’inspection de l’appareil. Tout est ok.

photo061.jpgphoto0602.jpg

Je prends place en place du Commandant de Bord, la class !!! Mon instructeur m’explique à quoi servent la plupart des instruments que j’ai en face de moi et il me laisse emmener mon p’tit Cessna vers la piste de décollage, un peu en zig zaguant, j’avoue. A ma grande suprise, je le fais décoller et m’occupe de le diriger pendant tout le vol. Mes deux compères, Philip et Philippe ont eu très peur, je pense (lol !), même si « Ben était à côté de moi et qu’il supervisait le vol.

 photo072.jpgphoto120.jpg

 photo088.jpgphoto092.jpg

Nous volerons au dessus des Yvelines (78) puis Ben, reprendra les commandes pour les phases d’atterrissages.

 photo095.jpgphoto131.jpg

 photo136.jpgphoto143.jpg

Ce moment magique est passé vite, trop vite.

Il ne me reste plus qu’à mettre de l’argent de côté pour me payer mon brevet de pilote privé.

En attendant, il me reste ces quelques photos et des souvenirs pleins la tête.

 

Sam.